Accueil Dans votre assiette Les émissions médias : éducation ou divertissement

Les émissions médias : éducation ou divertissement

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Les émissions médias : éducation ou divertissement
Le dilemme de France 5
Personne n'a remplacé Arrêt sur Images
Une heure avec Thomas Hugues
Toutes les pages

Le dilemme de France 5

Depuis le départ de Daniel Schneidermann en 2007, Paul Amar et Thomas Hugues ont repris une des missions principales de la chaîne : décrypter les médias. Avec une orientation clairement différente.

Le cahier des charges de France 5 l'a inscrit dans le marbre : « Les sociétés nationales de programme de télévision [...] contribuent [...] à l'éducation à l'audiovisuel et aux médias. »
Pour ce faire, la chaîne a longtemps misé sur le format du documentaire, comme l'explique Patricia Corphie, conseillère programme à France 5. « La mission de la chaîne, c'est le décryptage. Par notre offre documentaire, on a toujours cherché à analyser le traitement des médias. Mais à un moment donné, on a eu envie d'y ajouter une formule magazine récurrente et hebdomadaire. »

Poil-à-gratter
Au départ, Daniel Schneidermann présentait « Arrêt sur images » (ASI) , sur la Cinquième puis sur France 5. Chaque semaine, la bande d'ASI, décryptait le traitement journalistique de l'actualité. Un retour sur les images mais aussi sur les sources et la déontologie du travail journalistique. ASI analysait également l'utilisation des médias par les politiques : un poil-à-gratter nécessaire pour certains, un parti-pris dérangeant pour d'autres. Les seconds ont eu raison des premiers et, en 2007, France 5 annonce la fin de l'émission. La charte de la chaîne est alors brandie par les partisans de Daniel Schneidermann pour justifier le bien-fondé d'une émission de service public.

Nouveau dispositif
Pour combler le vide, Paul Amar lance à partir de la rentrée 2007, « Revu et corrigé ». L'émission se présente comme « un rendez-vous de décryptage de l'actualité ». Le samedi soir à 19 h, Paul Amar et ses journalistes reviennent sur les trois évènements qui ont fait l'actualité de la semaine avec des journalistes, des experts et des hommes politiques. Un concept finalement assez proche des émissions de talk-show politiques qui font recette partout sur le PAF.
A la rentrée 2008, le dispositif de France 5 est complété par « Médias le magazine » présenté par Thomas Hugues. Pour Patricia Corphie, cette émission n'a pas vocation à remplacer « Arrêt sur images » mais s'inscrit plutôt dans une logique de succession. « L'arrêt d'ASI a été très mal perçue mais avec Médias, on a voulu insuffler un contenu différent, un rythme différent, une écriture différente avec un animateur différent. »

Audiences
Selon le site internet de l'émission, Thomas Hugues « décrypte le nouveau paysage médiatique et les enjeux auxquels sont confrontés les organes d'information en analysant avec rigueur et indépendance le traitement de l'actualité de la semaine par tous les médias ». Chaque semaine, les journalistes sont à l'honneur. La nouvelle star du 20 h de TF1 Laurence Ferrari ou Vincent Parizot, le présentateur de la matinale de RTL. « Les enjeux », auxquels sont confrontés ces journalistes sont évidemment ceux des choix éditoriaux. Ils sont aussi et surtout ceux des courbes d'audience.
L'émission ne s'intéresse pas seulement aux journalistes. Les chroniques rappellent l'actualité d'animateurs comme Cauet ou Dechavanne. Une formule qui a fait mouche à Canal + avec « + Clair ».

Tendance
Comme ailleurs, les nouvelles émissions médias de France 5 ont la volonté de s'affranchir de la simple analyse des médias dits traditionnels (presse, radio télé). « Ce serait une hérésie de nier l'importance des médias émergents comme internet, résume Patricia Corphie. Les téléspectateurs attendent un regard complet sur tous les phénomènes médiatiques. » Qu'il s'agisse d'information ou de divertissement.



 

Edito - Novembre 2008

Notre grain de sel

A croire que nous n’avons rien de mieux à faire. A cette heure-ci, un tournant historique se profile aux Etats-Unis. La guerre fait rage en République Démocratique du Congo. Le Parti socialiste se cherche difficilement un leader. Et nous, étudiants en journalisme, ne trouvons à parler que de… journalisme.
C’est que nous avons notre mot à dire sur la question. Pas par plaisir de nous regarder le nombril. Quelques mois avant de devenir journalistes à notre tour, nous nous payons le luxe de prendre de la distance sur notre métier, d’entrer dans les coulisses des médias. De ne pas nous contenter, en somme, de ce que ceux-ci proposent chaque jour : l'information sur un plateau, les pieds sous la table.

Lire la suite...

En bref

  • Depuis le 3 novembre, l'association « Ça presse ! » fait son blog. Ça cogite, ça zoome, ça bouge, ça se discute,…
  • Le site internet d'information Bakchich.info porte plainte contre le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo. Dans son dernier ouvrage…
  • Au soir du 13 décembre 2007, Yvan Colonna est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la Cour d’Assises…
  • Les « Yes Men » ont frappé un grand coup à New York. Ce collectif subversif spécialisé dans les canulars…

Réseaux sociaux

FacebookTwitterPinterest