Accueil Dans votre assiette La nuit des élections américaines, en direct du petit écran

La nuit des élections américaines, en direct du petit écran

Envoyer Imprimer PDF

« Historique », « symbolique », l'événement fut aussi médiatique. Cette nuit-là, la télévision a rivalisé de réactivité pour retransmettre au mieux la victoire d'Obama. Les yeux sur TF1-LCI, BFM, Canal+/Itélé, BBC et CNN, je me suis installé au poste de vigie. Je ne dois rien rater. Au contraire des journalistes en direct, à qui la situation a parfois échappé...



21h12. Euronews lance dignement la soirée. Suite à un problème avec un reportage sur Obama, un écran noir apparaît. Une voix féminine intervient : « Nous avons un petit problème », une voix masculine la coupe : « Oui, nous avons un Noir à l'antenne. »

23h30. Itélé et BFM font le tour de leurs envoyés spéciaux. Itélé en a deux de plus. Pour BFM, à Chicago, Thierry Arnaud est posté 5 mètres devant une armada de correspondants placés sous le feu des projecteurs. On le lui fait remarquer. Il changera de position au prochain duplex. Sur le plateau, la parole est à Harold Hyman, chroniqueur américain habillé de seyantes bretelles.

23h50.
CNN expose un dispositif subjuguant. Un plateau immense appelé The Situation Room, tout en néons bleutés, balayé par une caméra en travelling et entouré d'écrans géants. Ceux-là montrent en temps réel la progression des dépouillements, et toutes les cartes et graphiques (parfois en 3D) nécessaires à la compréhension. En bas de l'écran, un numéro de Hotline s'affiche, pour que les téléspectateurs signalent des tricheries desquelles ils auraient été témoins.

00h21. Le Kentucky est le premier État à donner son verdict. CNN donne l'information, BFM fait de même. Elle emboitera le pas de la chaîne américaine pendant toute la nuit. Pendant ce temps-là, Itélé diffuse un résumé du match AS Rome - Chelsea.

00h32. L'écran géant de BFM reste bloqué sur la mosaïque des différents correspondants. Le présentateur meuble de manière charmante : « Il y a un petit problème, mais ce n'est pas grave, on ne voit pour l'instant que des jolies jeunes femmes, c'est un bonheur. » Pour la peine, je me sers un café.

00h39. Itélé donne son antenne à Canal+ et lance véritablement sa nuit américaine. A la baguette, Bruce Toussaint et Florence Dauchez. En envoyé spécial à Harlem, Mouloud Achour annonce : « Ca va être le feu ! »

00h45. On en est à 2 % des bulletins dépouillés dans l'Indiana. Le présentateur de BFM, dans un élan de pertinence, énonce : « Ce qu'on sait, c'est qu'on ne sait rien. » Au même moment, Bruce Toussaint appelle un envoyé spécial à Paris, au Harry's bar. Ce dernier analyse la situation : « Ici, pour l'instant, on s'occupe des hamburgers. »

Les deux chaînes françaises ont eu recours à deux dispositifs différents. Itélé indique l'évolution des chiffres en bas à droite de l'écran. BFM prend l'antenne pour les donner. Si les choniqueurs se multiplient sur Canal+, BFM emploie uniquement Harold Hyman (qui est très endurant). Ce dernier analyse les chiffres grâce à des cartes ; pas Canal+, qui préfère donner la parole à l'un de ses nombreux spécialistes.

01h05.
Sur CNN, on fait le point sur les sénateurs élus. Personne ne le fait en France. Sinon quelqu'un a entendu parler du troisième candidat Ralph Nader ?

01h16. Le présentateur de CNN annonce « quelque chose qui n'a jamais été réalisé à la télé ». Grâce à 35 caméras, l'envoyée spéciale à Chicago est projetée de la tête aux pieds sur le plateau. Hologramme ? Non, le présentateur ne voit pas l'envoyée spéciale. Il n'en reste pas moins une performance technologique impressionnante. Un outil sans doute financé par la pub, qui intervient toutes les sept à huit minutes.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.



01h30. Sur le plateau de Canal+, on palabre entre chroniqueurs pro-Obama. Sur BFM, on diffuse les images marquantes de la journée. Pour suivre en temps réel la progression des votes, je me tourne vers les sites internet des grands medias américains.

01h46. Sur Canal+, Patricia Loison est en direct de l'agence AP à New York pour donner les résultats chauds. En gros plan, manquant visiblement de place, elle se tient devant un poster kitsch couleur sépia de Manhattan.

02h05.
Le présentateur de CNN manipule un graphique avec les mains, inscrivant des traits au doigt, zoomant par un geste identique à celui utilisé sur l'iphone. L'outil lui permet d'analyser les tendances selon les différentes régions d'un État. La technologie sert, cette fois, l'information. La seconde présentatrice est impressionnée, elle fait deux « whoah ».

02h20.
Mouloud Achour de Canal+, en direct de Harlem, interviewe un rappeur newyorkais dont on oublie de dire le nom. Il dit qu' « il faut voter Obama ». Ok.

02h38. Un journaliste de BFM prend des pincettes : « Le visage du prochain président n'est, pour le moment, qu'un portrait chinois ». Sait-il seulement ce qu'est un portrait chinois ?

02h40.
La Pennsylvanie bascule pour Obama d'après CNN. BFM donne l'information et l'analyse. Sur Canal+, on préfère répondre à une question d'un internaute.

02h41.
Canal+ ne donne toujours pas l'information sur la Pennsylvanie mais diffuse ce qui est censé être son grand moment de la nuit : une interview de la légende du journalisme Dan Rather.

02h43. L'entretien se termine. La réflexion la plus intéressante de Dan Rather aura été : « Le choix du vice-président a été décisif. » Retour en plateau puis lancement d'un sujet sur l'économie américaine. Rien sur la Pennsylvanie. BFM, elle, est en duplex avec ses envoyés spéciaux pour commenter ce résultat.

03h18. Bruce Toussaint annonce qu'à ce moment, « la Virginie se joue à quelques centaines de voix ». Je vérifie sur le site internet de CNN, qui indique en temps réel le chiffre suivant : 18 000 voix d'écarts.

03h20. En direct de Chicago, pour Canal+, Laurence Haïm montre l'envers du décor en décrivant ce qui l'entoure et raconte les mesures de sécurité prises pour l'occasion. La journaliste aura, pendant toute la nuit, brillé de pertinence dans ses analyses à chaud.

03h25. Instant décisif : Reuters annonce qu'Obama gagne l'Ohio, État déterminant pour la victoire finale. Canal+ diffuse l'information. Pas CNN, et donc pas BFM. A ce moment, TF1 vient de prendre l'antenne pour 10 minutes en utilisant le canal de LCI. Elle donne également l'information.

3h34. BFM apprend la victoire d'Obama dans l'Ohio. Thierry Arnaud ne lâche pas ses pincettes : « Si c'est le cas, c'est un virage décisif. Cela va devenir très compliqué pour les Républicains. Mais rien n'est fait. » Pour un chroniqueur de Canal+, « les élections sont pliées »... Suit un duplex au siège de John McCain à Phoenix avec Olivier Escriva. A l'instar de Laurence Haïm, il aura lui aussi très bien rendu l'ambiance sur place. « Ici seules les infos en faveur de McCain sont données, donc tout va pour le mieux... Je crains la douche froide tout à l'heure. »

03h49. BFM est en direct de la soirée Obama à L'Hay-les-roses. L'envoyée spéciale a à peine le temps de dire « oui, vous le voyez derrière moi » qu'elle croule déjà sous une marée de supporters en furie. Sur Canal+, on diffuse un très bon reportage sur le vote latino en faveur d'Obama. Sur BFM, on lance un énième portrait de McCain.

03h55.
Je vais faire un tour sur BBC. C'est le choc. Un plateau intimiste et peu éclairé. Autour de la petite table sont sagement assis quatre journalistes en demi-sommeil. Au moins ont-ils eu le courage de ressortir une cravate laissée au placard depuis 1987. J'en profite pour me servir un thé Earl Grey.

04h07. L'Utah est remporté par McCain. Analyse de Florence Dauchez sur Canal+ : « C'est logique, l'Utah c'est les mormons. » Bruce Toussaint n'est pas plus en forme. Alors qu'il accueille son seul invité pro-McCain de la soirée, il remarque ses deux badges républicains et lui demande : « Vous venez d'une soirée déguisée ? »

04h15. Euronews diffuse des images des deux QG, sans commentaires. Une foule silencieuse à Chicago, et un concert de country redneck à Phoenix.

04h37. Florence Dauchez coupe l'invité pro-McCain : « On a des news d'Obama. » Réponse un brin surprise de l'envoyée spéciale dans les rues de Chicago : « Euh, oui, il est toujours dans sa chambre. »

04h47. C'est le rappeur Will.I.Am qui apparaît cette fois en soi-disant hologramme sur CNN. Je défie quiconque de ne pas s'endormir devant BBC. Je me ressers du thé.

04h54. Canal+ « s'autorise » à dire que « les jeux sont faits ». BFM « reste prudent » et veut « préserver les formes ».

05h00. CNN annonce la victoire définitive d'Obama. Toutes les chaînes le font dans la foulée. Notamment TF1 qui vient de reprendre l'antenne de LCI. Sur le plateau de Canal+, les projecteurs balancent des lasers bleus. On a gagné

05h13. L'envoyé spécial de TF1 à Washington dit qu'Obama est « un homme absolument passionnant ». Celui à Chicago enchaîne et souligne « l'hétérogéinée (sic) de la foule ». Patricia Loison pour Canal+ n'est pas moins mesurée : « On entre dans un nouveau siècle, un siècle d'espoir pour tous les Américains qu'on a rencontrés ce matin. »

05h25. Nous sommes sans nouvelles de Mouloud Achour, envoyé spécial à Harlem et qui a du se perdre dans le Bronx.

05h31. Canal+ profite d'avoir un envoyé spécial dans les rues de Chicago pour faire vivre l'ambiance de près. Contrairement à BFM qui reste coincé au QG. Thierry Arnaud s'est fait remplacer par un journaliste à l'éloquence proche de celle de Daffy Duck. Il annonce que, derrière lui, « la foule se chiffre à deux millions ». Il n'y a en fait que 200 000 personnes.

05h45. BBC fait tomber des confettis. Sur CNN, à aucun moment la neutralité de rigueur n'a été prise en défaut.

05h58. Barack Obama prend la parole et clôture cette éprouvante nuit américaine. Au lit !

Dimanche dernier chez Michel Drucker, la directrice de l'information de France Télévisions, Arlette Chabot prend son ton le plus sérieux : « Cette nuit-là, nous avons participé à un moment historique. Grâce à la télévision, on a tous partagé ce moment. » En tout cas pas grâce à France Télévisions, étrange absente des (d)ébats. C'était si difficile de prendre le canal de France24 ?

Partager cette page

 

Edito - Novembre 2008

Notre grain de sel

A croire que nous n’avons rien de mieux à faire. A cette heure-ci, un tournant historique se profile aux Etats-Unis. La guerre fait rage en République Démocratique du Congo. Le Parti socialiste se cherche difficilement un leader. Et nous, étudiants en journalisme, ne trouvons à parler que de… journalisme.
C’est que nous avons notre mot à dire sur la question. Pas par plaisir de nous regarder le nombril. Quelques mois avant de devenir journalistes à notre tour, nous nous payons le luxe de prendre de la distance sur notre métier, d’entrer dans les coulisses des médias. De ne pas nous contenter, en somme, de ce que ceux-ci proposent chaque jour : l'information sur un plateau, les pieds sous la table.

Lire la suite...

En bref

  • En France, l’homme le plus dépourvu de qualités télégéniques est une femme, à la peau noire et issue d’un milieu…
  • Centenaire, le journal « Christian Science Monitor », diffusé à 52 000 exemplaires, sera uniquement publié sur le Web dès avril 2009. Une…
  • « Au moment où l'Elysée prétend, par ses « états généraux de la presse », remodeler l'ensemble des systèmes d'information, il…
  • Le site internet d'information Bakchich.info porte plainte contre le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo. Dans son dernier ouvrage…

Réseaux sociaux

FacebookTwitterPinterest