Bannière
Vous êtes ici : Accueil » En vitrine » Journalistes sportifs, à vos marques, prêts, partez !

Journalistes sportifs, à vos marques, prêts, partez !

Envoyer Imprimer PDF

Des têtes bien remplies, la rigueur héritée de plusieurs années d'entrainements, et le vécu des grandes compétitions. Le profil d'athlète de haut niveau a de quoi séduire la plupart des rédactions sportives.

  Image_4_2ok

Si leur reconversion à la fin de leur carrière n'est pas un phénomène nouveau, la place prise le sport ces dernières années à la télévision, lui donne une autre dimension et bouscule les habitudes des journalistes.

 

Ancien hocheyeur, Tom cariolet a fait de sa reconversion dans le journalisme une priorité. Photo DR

Qui n'a pas rêvé devant son petit écran s'extasiant à chaque passement de jambes de Zinedine Zidane ? Alors pour une chaine, obtenir l'exclusivité de ses analyses, c'est un plus. Sauf que... couac ! Il semble beaucoup moins maîtriser l'art du micro que celui du ballon rond. Pour Cédric Beaudou, journaliste sportif sur France 2, se réorienter dans le journalisme télé n'est pas une mince affaire.

Devenir journaliste vedette lorsque l'on a déjà été une star dans une discipline ressemble à un parcours du combattant. Pour Stefan Echeverry, ancien présentateur des « Spécialistes » sur Canal +, «  ce n'est pas non plus dans leur intérêt. J'ai croisé beaucoup de sportif désireux de se lancer dans le journalisme après leur carrière de joueur. Mais la plupart deviennent consultants. Il y a une frontière avec le métier de journaliste même si celle-ci, est là où l'on veut bien la mettre. On les attend plus sur une expertise, sur un vécu, un niveau d'analyse différent. Je ne crois pas que ce soit une bonne évolution pour eux. Enfin cela dépend de leur histoire personnelle mais ça me paraît compliqué ».

Il est vrai que dans tout ceux qui s'y sont lancés, plusieurs se sont brulées les ailes. A l'image de Maria Maracineanu, ancienne nageuse médaillée au JO de Sydney, qui déclarait au Figaro être « handicapée par son nom. J'ai une maîtrise de LEA, je parle cinq langues, je suis diplômée d'une grande école... Sauf que les gens te renvoient toujours à ton sport. ». Même s'il elle commente les championnats du monde en petit bassin à Dubaï en ce moment même, elle pourrait s'orienter sur une autre voie, puisqu'elle a récemment été élue au conseil régional d'Île-de-France.

Céline Géraud, un exemple

Reste que certains sont parvenus à percer, à « repartir de zéro », voire même connaître une notoriété supérieure à celle de sportif. Alexandre Boyon sur France 2 et ancien rameur présente les sports olympiques; Laurent Paganelli, champion de France de football avec Saint-Etienne (1981), pour qui le statut de consultant sur canal + est surpassé compte tenu de son travail d'animation et d'interviewer.

Mais Céline Géraud est probablement la plus belle incarnation d'une seconde vie professionnelle réussie. Après sa brillante carrière de judoka (Championne d'Europe (1984) et vice championne du monde (1986), elle s'est lancé dans le milieu du journalisme avec un succès étonnant. Présentatrice de l'émission sportive quotidienne de France 3 « tout le sport », elle a effectué un crochet par TF1 et entamé 3 ans de collaboration avec Denis Brognard sur « l'île de la tentation ». Elle a ensuite animé des émissions d'automobile sur Eurosport et aujourd'hui présente le foot sur Orange Sport.

Une fierté pour Sportcom, l'école de journalisme réservée aux sportifs professionnels dont elle est issue. Son coordinateur de formation Aldo Conti se souvient: « Céline faisait parti des première promotions en 1987 et on peut dire qu'elle a su se détacher de sa spécialité.  Chaque année nous accueillons 6 ou 7 sportifs pour qu'ils deviennent journalistes. 70% d'entre eux intègrent une rédaction, mais c'est à eux de faire leurs preuves. On ne leur apprend surtout pas à être consultant. »

Sportif de haut niveau, oui, mais anonyme

Au delà des stars, visibles à la télévision, c'est bien le destin de sportifs moins connus qui ont pourtant réussi, qui motivent les élèves de cet école. Car outre quelques disciplines, la plupart des sportifs de haut niveau demeurent dans l'anonymat aux yeux du grand public. Tom Cariolet, 24 ans est sorti de Sportcom il y a trois ans. Ancien hockeyeur sur gazon, il n'a pas voulu faire jouer son statut pour s'ouvrir les portes de la télé, mais il reconnaît que son passé lui apporte un véritable plus.

SK2_9727ok

Florian Gaudin a terminé sa formation il y a 3 ans aussi. Cet ancien athlète a eu la chance de trouver rapidement un emploi en tant que rédacteur en chef d'Athlé magazine. Son anonymat ne le dérange pas. « Les stars ont la chance de pouvoir ouvrir de nombreuses portes avec leur image leurs sponsors. Elles peuvent rapidement devenir consultant. Journaliste, ça, c'est une autre histoire ! De toute façon, anonyme ou pas, dans le milieu professionnel on est rapidement jugé sur ses compétences. Si Céline Géraud a pu réussir c'est avant tout parce qu'elle a démonté ce qu'elle savait faire. Si on est mauvais, généralement on ne reste pas ».

A seulement 24 ans, Florian Gaudin est rédacteur en chef d'Athlé magazine. Photo DR

Partager cette page

EN BREF

Prev Next

En Hongrie, un projet de loi menace les journalistes et leurs sources

Il n’y a pas que les journalistes français qui rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de protéger leurs sources. L’ENPA (European Newspaper Publishers Association) a exprimé des craintes, lundi 13 décembre 2010, sur un tout nouveau projet de loi du gouvernement hongrois. Si la loi venait à être votée, la liberté de la presse dans le pays serait grandement limitée puisqu’il deviendrait possible de condamner à de lourdes sanctions les journalistes et les entreprises de presse qui refuseraient de partager l’identité de leurs sources ou qui délivreraient des informations que le gouvernement considèrerait comme peu convenables.

Un caricaturiste traîné en justice par le président sud-africain

Le président sud-africain, Jacob Zuma, réclame 4 millions de rands (soit près de 450 000 euros) de dommages et intérêts au South Africa’s Sunday Times et un million de rands au dessinateur Jonathan Shapiro. En cause : une caricature publiée dans le journal en septembre 2008. Sur ce dessin, le président est représenté le pantalon au niveau des chevilles et s’apprête à violer une femme symbolisant la justice. Une caricature qui aurait, selon lui, endommagé sa réputation, alors qu’il s’apprêtait à entrer en campagne pour devenir président.

RSF récompense le journalisme indépendant

Le prix de la liberté de la presse 2010  a été décerné par Reporters sans Frontières et la Fnac au journaliste iranien Abdolreza Tajik, ainsi qu'à la station de radio somalienne Radio Shabelle. Abdolreza Tajik, membre du Cercle des défenseurs des droits de l’homme, a été responsable des pages politiques dans de nombreux journaux interdits par les autorités iraniennes. Il est aujourd'hui consacré pour la qualité de son travail et son engagement pour la défense de la liberté de la presse en Iran.  Incarcéré pour la troisième fois en juin 2010, il est toujours en prison. Radio Shabelle est la station  privée la plus réputée de Somalie pour son indépendance. Quatre de ses journalistes ont été assassinés en 3 ans, dont son fondateur Mokhtar Mohamed Hirabe.

L'actu médias en quelques clics

Les sources d'information médias sont multiples et nombreuses. Suivre l'évolution de ce petit monde en mutation peut être difficile tant il faut avoir l'oeil partout. Voilà pourquoi La Fabrique a décidé de rassembler en une seule page plus de 50 des principaux sites et blogs d'information traitant de l'actualité des médias et de réflexion sur son avenir. Ce rassemblement est évolutif, la rédaction est à l'écoute de suggestions pour améliorer ce concentré d'informations.

Qui sont les "sans-télés" ?

Dans son dernier livre Pas très cathodique. Enquête au pays des "sans-télé" (Éditions Erès, Sociologie clinique), le sociologue Bertrand Bergier s'est intéressé aux 2% de Français réfractaires au petit écran. De 2006 à 2009, il est parti à la rencontre de 566 de ces familles pas très cathodiques. Etudiants, sexagénaires retraités, ouvriers ou employés, ils ont tous abandonné le téléviseur " par choix " et non par économie. Ils ne sont pas coupés du monde non plus puisqu'ils " investissent beaucoup dans Internet et la presse ", dixit l'auteur.

La fin du règne de Larry King

 Le roi du talk-show made in USA fera sa dernière émission vendredi 17 décembre sur CNN. Après 25 ans de carrière et plus de 50 000 interviews, Larry King et ses célèbres bretelles prennent leurs retraites. King est une véritable icône aux Etats-Unis. De Nixon à Obama, tous les présidents américains se sont succédés sur le fauteuil mythique du show de Larry King, avec des audiences pouvant aller jusqu'à 20 millions de téléspectateurs. La chaîne a réservé à son vétéran un final digne du King Larry.

Le "Gotha noir"

A la manière du Who's Who, la bible du contact professionnel listant chaque année les 22 000 personnes contribuant au rayonnement de la France, la communauté noire a lancé son propre catalogue : le "Gotha noir". Il recense 200 femmes et hommes " au parcours exemplaire " et ayant "au moins un parent noir". Ce livre est édité par Club Efficience, un cercle de réflexion oeuvrant pour une meilleure visibilité des Noirs dans la société française.

Le couperet tombe pour Charlie Hebdo

La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour licenciement abusivement envers le caricaturiste Siné. Maurice Sinet  avait été remercié après la publication d'une chronique le 2 juillet 2008 ironisant sur une possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme. Selon Philippe Val, directeur de publication de l'époque, ces propos pouvaient être perçus comme antisémites. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à l'intéressé pour préjudices économique et moral, et publier leur condamnation dans l'hebdomadaire.

EcuRed : le monde selon Castro

Elle a près de 20000 articles, elle est élogieuse quand elle parle des dirigeants cubains et très critique quand elle parle des États-Unis, c'est, c'est , c'est... une nouvelle encyclopédie en ligne. Inaugurée très officiellement par le gouvernement cubain mardi 14 décembre, elle a l'ambition de concurrencer Wikipédia pour apporter un regard "décolonisateur" sur le monde et l'histoire. EcuRed, c'est son nom, reprend dans les grandes lignes le design de l'encyclopédie participative pour "créer et diffuser le savoir de tous et pour tous, depuis Cuba et avec le monde". Comme Wikipédia, tout le monde peut contribuer à cette somme de connaissances, mais c'est à la condition de s'être enregistré et pour cela, il faut avoir une adresse mail cubaine... L'étape suivante reste bien sûr que la contribution soit acceptée par un modérateur. Alors que les États-Unis y sont dépeints comme un "empire contemporain" qui a historiquement pris "par la force des territoires et des ressources naturelles d'autres nations", Fidel Castro y est dépeint comme un phare spirituel pour le monde entier : "Il participe désormais au débat d'idée à l'échelle mondiale. Avec son autorité morale, il influence des décisions importantes et stratégiques sur la révolution." Tous ces "articles objectifs" convaincront-ils les internautes ?