Bannière
Vous êtes ici : Accueil » Les fournisseurs » Les éléments de langage, la parole politique en kit

Les éléments de langage, la parole politique en kit

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Les éléments de langage, la parole politique en kit
Le verrouillage de la communication
Entretient avec Thierry Lancien, sémiologue des médias
Toutes les pages

Le verrrouillage de la communication

"Eléments de langage" ? L’expression est apparue dans le champ médiatique à l'automne 2009, au moment de la polémique autour des velléités de Jean Sarkozy sur la présidence de l’Epad. "Népotisme", s’insurge la gauche. La réplique ne tarde pas. Une "blitzkrieg" médiatique se met en place. François Fillon, Nadine Morano, Luc Chatel ou encore Valérie Pécresse sont envoyés au front, munis d’une artillerie d’argumentaires définie par Nicolas Sarkozy et ses conseillers. Primo : "Jean Sarkozy a été élu." Secundo : "Le président de l’Epad ne sera pas nommée mais élu." Tertio : "Jean Sarkozy n’a pas plus ni moins de droits que les autres."

Et patatra! Dans les médias, personne n'est dupe. Le mimétisme de l’expression des ténors de l’UMP est épinglé par les journalistes. Le Petit journal de Canal + démonte la manœuvre. L’éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand réussit lui à faire admettre à Jean-François Copé l’existence "d’éléments de langage" arrêtés par l’Elysée. "Oui, il y a eu des éléments de langage, ça c'est hautement probable, parce qu'effectivement les phrases étaient un peu stéréotypées", reconnaît Jean-François Copé. "Comme c'était un sujet sur lequel tous étaient interrogés et sur lequel ils ne partageaient pas la même opinion que l'Elysée, ils récitaient leur texte et ne prenaient pas d'autonomie, se souvient le journaliste politique. L'Epad, ce fut la quintessence."

Des formules inspirées par les enquêtes d'opinion

Depuis, il y a eu les "jeunes irresponsables" qui ont participé à l'automne 2010 aux manifestations contre la réforme des retraites. Mais aussi la défense de l’interdiction totale du voile intégral ou encore la dénonciation du travail de Mediapart dans l’affaire Bettencourt. "Si vous êtes ministres ou parlementaires et que vous êtes invités dans les médias, vous devez signaler votre invitation à l'Elysée afin de recevoir des éléments de langage", indique Thomas Legrand. Utilisé pour défendre une réforme et réagir à des sujets sensibles, ce dispositif reste pour l'instant l'apanage de la majorité.

A gauche, l'utilisation des "éléments de langage" demeure discrète. Elle n'est pas centralisée, ni généralisée. A droite, en revanche, aucune déclaration dissonante n’est tolérée. "La communication est complétement verrouillée", assure le sémiologue des médias Thierry Lancien. Aucune conférence de presse n'a ainsi été organisée par l'Elysée depuis celle du 8 janvier 2008. Il s'agit de s'assurer de la maîtrise et de la cohérence des déclarations mais aussi d'occuper l'espace médiatique et de répondre à l'explosion des supports d'information.

Résultat : une valise d'expressions et de formules couchées sur des fiches Bristrol. Les arguments y sont rédigés, classés par thème et hiérarchisés. Un exemple : le document sobrement intitulé "Argumentaire 1er tour des éléctions régionales" et rendu public par l'Express. Distribué aux ténors de la majorité le soir du scrutin, il vise à atténuer la défaite. La droite obtient 27% des suffrages exprimés, son plus mauvais score sous la Ve République. Une phrase résonne dans les médias : "Il n’y a pas de vote sanction du gouvernement."

A chaque fois, c'est le même dispositif : un vocabulaire précis est établi à l’Elysée - sous la houlette de Franck Louvrier et de Claude Guéant voire de Nicolas Sarkozy lui-même - puis distribué aux personnalités susceptibles de s’exprimer dans les médias. Selon Thomas Legrand, ils s'inspirent "de mots trouvés dans les enquêtes d'opinion qualitatives commandées par les partis". "La tactique consiste à produire des énoncés extrêmement simplistes sur lesquels on a pratiquement pas de prise et qui du coup bloque le débat", analyse Thierry Lancien.

Cette prégance de la communication dans le discours politique complique la tâche du journaliste politique. "Notre rôle est de commenter le débat d'idées sauf qu'avant il faut enlever tout le papier peint, c'est-à-dire la communication politique, témoigne Thomas Legrand. Il faut limiter le off et multiplier les conférences de presse." Didier Micoine, journaliste politique au Parisien-Aujourd'hui en France, estime lui que "le off permet de passer outre les éléments de langage".

Systématisation des éléments de langage

L'expression "éléments de langage" toutefois n'est pas neuve. "A l'origine, explique Thomas Legrand, les éléments de langage étaient utilisés aux fonctionnaires." C'était notamment le cas dans la diplomatie. "Le Quai d'Orsay, reprend l'éditorialiste, distribue des éléments de langage aux ambassadeurs et aux officiers pour éviter toutes confusions sur les positions de la France dans le monde." On les retrouve aussi dans les collectivités territoriales. "Désormais, souligne Thomas Legrand, les éléments de langage qui étaient réservés à ceux qui portaient la parole de l'Etat se répandent aux hommes politiques. C'est une uniformisation malvenue de la parole politique."

En politique, explique l’historien des médias Christian Delporte sur Libération.fr, il y a "toujours eu une bataille des mots, et elle doit toujours être gagné dans la presse". En 1983, déjà, le procédé était utilisé par François Mitterrand. Et les enjeux étaient identiques : fixer les cadres du débat. "L’un des grands enjeux à l’époque de ce que l’on a appelé le tournant de la rigueur de Mitterrand, rappelle Christian Delporte, c’était de ne pas parler du mot austérité. Et finalement qu’on parle du mot rigueur qui est quand même beaucoup plus positif que le terme d’austérité c’était plutôt une bataille gagnée pour la gauche. Elle aurait bien voulue une nouvelle expression qui était nouvelle étape du changement. Évidemment c’était bien plus difficile à faire admettre."

La présidence de Nicolas Sarkozy a néanmoins introduit une inflexion dans le recours aux éléments de langage. "Ce qui est singulier aujourd’hui, c’est leur systématisation, explique le sémiologue des médias Thierry Lancien. Cela s'inscrit dans une tendance plus globale où la communication prend le pas sur la politique." "Les communiquants n'ont jamais été aussi nombreux, fait remarquer Thierry Lancien. Et surtout c'est le comportement des politiques face à leurs conseillers qui a changé."

"Chaque semaine à l'Elysée on fabrique des éléments de langage sur les différents sujets", raconte Thomas Legrand. Ludovic Vigogne, journaliste politique à l'Express, ne dit pas autre chose : "Chaque semaine, ministres et parlementaires reçoivent du gouvernement des "clefs actu", où sont traités les sujets du moment. La dizaine de participants à la réunion de calage de la communication gouvernementale, le mardi, autour de Guéant, dispose d'une note de synthèse, avec conseils d'action et études d'opinion." Mais aujourd'hui le dispositif semble s'essouffler. "C'est entrain de passer de mode, estime Thomas Legrand. Certains politiques refusent de les avoir. Et comment imaginer que quelqu'un comme Alain Juppé répète des formules dictées par l'Elysée..."

Sur le même sujet :

Rue89, Comme fonctionne l'orchestre de Nicolas Sarkozy



EN BREF

Prev Next

EcuRed : le monde selon Castro

Elle a près de 20000 articles, elle est élogieuse quand elle parle des dirigeants cubains et très critique quand elle parle des États-Unis, c'est, c'est , c'est... une nouvelle encyclopédie en ligne. Inaugurée très officiellement par le gouvernement cubain mardi 14 décembre, elle a l'ambition de concurrencer Wikipédia pour apporter un regard "décolonisateur" sur le monde et l'histoire. EcuRed, c'est son nom, reprend dans les grandes lignes le design de l'encyclopédie participative pour "créer et diffuser le savoir de tous et pour tous, depuis Cuba et avec le monde". Comme Wikipédia, tout le monde peut contribuer à cette somme de connaissances, mais c'est à la condition de s'être enregistré et pour cela, il faut avoir une adresse mail cubaine... L'étape suivante reste bien sûr que la contribution soit acceptée par un modérateur. Alors que les États-Unis y sont dépeints comme un "empire contemporain" qui a historiquement pris "par la force des territoires et des ressources naturelles d'autres nations", Fidel Castro y est dépeint comme un phare spirituel pour le monde entier : "Il participe désormais au débat d'idée à l'échelle mondiale. Avec son autorité morale, il influence des décisions importantes et stratégiques sur la révolution." Tous ces "articles objectifs" convaincront-ils les internautes ?

Le couperet tombe pour Charlie Hebdo

La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour licenciement abusivement envers le caricaturiste Siné. Maurice Sinet  avait été remercié après la publication d'une chronique le 2 juillet 2008 ironisant sur une possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme. Selon Philippe Val, directeur de publication de l'époque, ces propos pouvaient être perçus comme antisémites. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à l'intéressé pour préjudices économique et moral, et publier leur condamnation dans l'hebdomadaire.

En Hongrie, un projet de loi menace les journalistes et leurs sources

Il n’y a pas que les journalistes français qui rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de protéger leurs sources. L’ENPA (European Newspaper Publishers Association) a exprimé des craintes, lundi 13 décembre 2010, sur un tout nouveau projet de loi du gouvernement hongrois. Si la loi venait à être votée, la liberté de la presse dans le pays serait grandement limitée puisqu’il deviendrait possible de condamner à de lourdes sanctions les journalistes et les entreprises de presse qui refuseraient de partager l’identité de leurs sources ou qui délivreraient des informations que le gouvernement considèrerait comme peu convenables.

RSF récompense le journalisme indépendant

Le prix de la liberté de la presse 2010  a été décerné par Reporters sans Frontières et la Fnac au journaliste iranien Abdolreza Tajik, ainsi qu'à la station de radio somalienne Radio Shabelle. Abdolreza Tajik, membre du Cercle des défenseurs des droits de l’homme, a été responsable des pages politiques dans de nombreux journaux interdits par les autorités iraniennes. Il est aujourd'hui consacré pour la qualité de son travail et son engagement pour la défense de la liberté de la presse en Iran.  Incarcéré pour la troisième fois en juin 2010, il est toujours en prison. Radio Shabelle est la station  privée la plus réputée de Somalie pour son indépendance. Quatre de ses journalistes ont été assassinés en 3 ans, dont son fondateur Mokhtar Mohamed Hirabe.

Un caricaturiste traîné en justice par le président sud-africain

Le président sud-africain, Jacob Zuma, réclame 4 millions de rands (soit près de 450 000 euros) de dommages et intérêts au South Africa’s Sunday Times et un million de rands au dessinateur Jonathan Shapiro. En cause : une caricature publiée dans le journal en septembre 2008. Sur ce dessin, le président est représenté le pantalon au niveau des chevilles et s’apprête à violer une femme symbolisant la justice. Une caricature qui aurait, selon lui, endommagé sa réputation, alors qu’il s’apprêtait à entrer en campagne pour devenir président.

La fin du règne de Larry King

 Le roi du talk-show made in USA fera sa dernière émission vendredi 17 décembre sur CNN. Après 25 ans de carrière et plus de 50 000 interviews, Larry King et ses célèbres bretelles prennent leurs retraites. King est une véritable icône aux Etats-Unis. De Nixon à Obama, tous les présidents américains se sont succédés sur le fauteuil mythique du show de Larry King, avec des audiences pouvant aller jusqu'à 20 millions de téléspectateurs. La chaîne a réservé à son vétéran un final digne du King Larry.

Qui sont les "sans-télés" ?

Dans son dernier livre Pas très cathodique. Enquête au pays des "sans-télé" (Éditions Erès, Sociologie clinique), le sociologue Bertrand Bergier s'est intéressé aux 2% de Français réfractaires au petit écran. De 2006 à 2009, il est parti à la rencontre de 566 de ces familles pas très cathodiques. Etudiants, sexagénaires retraités, ouvriers ou employés, ils ont tous abandonné le téléviseur " par choix " et non par économie. Ils ne sont pas coupés du monde non plus puisqu'ils " investissent beaucoup dans Internet et la presse ", dixit l'auteur.

Le "Gotha noir"

A la manière du Who's Who, la bible du contact professionnel listant chaque année les 22 000 personnes contribuant au rayonnement de la France, la communauté noire a lancé son propre catalogue : le "Gotha noir". Il recense 200 femmes et hommes " au parcours exemplaire " et ayant "au moins un parent noir". Ce livre est édité par Club Efficience, un cercle de réflexion oeuvrant pour une meilleure visibilité des Noirs dans la société française.

L'actu médias en quelques clics

Les sources d'information médias sont multiples et nombreuses. Suivre l'évolution de ce petit monde en mutation peut être difficile tant il faut avoir l'oeil partout. Voilà pourquoi La Fabrique a décidé de rassembler en une seule page plus de 50 des principaux sites et blogs d'information traitant de l'actualité des médias et de réflexion sur son avenir. Ce rassemblement est évolutif, la rédaction est à l'écoute de suggestions pour améliorer ce concentré d'informations.