Notre grain de sel

Envoyer Imprimer PDF

A croire que nous n’avons rien de mieux à faire. A cette heure-ci, un tournant historique se profile aux Etats-Unis. La guerre fait rage en République Démocratique du Congo. Le Parti socialiste se cherche difficilement un leader. Et nous, étudiants en journalisme, ne trouvons à parler que de… journalisme.
C’est que nous avons notre mot à dire sur la question. Pas par plaisir de nous regarder le nombril. Quelques mois avant de devenir journalistes à notre tour, nous nous payons le luxe de prendre de la distance sur notre métier, d’entrer dans les coulisses des médias. De ne pas nous contenter, en somme, de ce que ceux-ci proposent chaque jour : l'information sur un plateau, les pieds sous la table.

En clair, nous vous emmenons dans les cuisines de l’info. Vaste programme. D'autant que les médias n'ont pas pour habitude d'ouvrir grand les portes de l'arrière-salle. On préfère souvent garder les recettes bien au chaud. Souci de préservation du savoir-faire ou crainte des contrôles intempestifs de la répression des fraudes? A l'ère du fast-food, on a trop tendance à préférer le vite fait au bien fait.

Nous avons donc choisi de décortiquer le processus culinaire. En s’intéressant d’abord à la recette que choisissent les différents médias. D’autant que se joue en ce moment ce qui devrait être une profonde réflexion : les Etats Généraux de la presse. Ils sont controversés, nous nous y sommes rendus. La recette, aussi, celle d’un nouveau canard : Siné Hebdo, expliquée par Catherine Sinet. Nous avons voulu comprendre comment se mitonne le journalisme politique, en se penchant sur un ingrédient essentiel, le off.

Sur le feu, pleins feux sur la production journalistique. Avec le making of du journal de France 3 Aquitaine pour les adeptes de la gastronomie locale. Le tableau est complété par les trois principaux médias de la région, qui expliquent comment ils hiérarchisent l’information. Au beurre, à l’huile, tout cela ne va pas de soi.

Puis vient l’heure de passer à table. C’est ce qui se trouve dans votre assiette. L’information telle qu’on la présente. Gros plan sur le rôle du médiateur, intermédiaire privilégié entre les journalistes et leurs lecteurs. Et une mention spéciale à des serveurs vedettes, ces journalistes télé qui aiment tant se mettre en scène dans ces multiples plateaux in situ.

Enfin, il faut savoir passer à la caisse. L’addition, s’il vous plaît. Pour s’intéresser à l’économie des médias. Des chiffres, avec la guerre des quotidiens sportifs, une autre affaire de conquête de marchés. La frontière parfois ténue entre le journalisme et le publi-reportage, nous nous sommes interrogés sur l’indépendance des critiques de cinéma face au poids de la publicité.

Voilà pour le menu. Bienvenue sur le site de la Fabrique de l’info, réalisé par les étudiants de master 2 de l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine. Et bon appétit.

Florent Pecchio, rédacteur en chef

 

Partager cette page

 

En bref

  • Trop c’est trop. Silvio Berlusconi en a assez. Le chef du gouvernement italien s’est plaint mercredi 12 novembre d’être régulièrement…
  • « Au moment où l'Elysée prétend, par ses « états généraux de la presse », remodeler l'ensemble des systèmes d'information, il…
  • En France, l’homme le plus dépourvu de qualités télégéniques est une femme, à la peau noire et issue d’un milieu…
  • Depuis le 3 novembre, l'association « Ça presse ! » fait son blog. Ça cogite, ça zoome, ça bouge, ça se discute,…

Réseaux sociaux

FacebookTwitterPinterest