Accueil En bref Quand Silvio Berlusconi se prend pour Calimero

Quand Silvio Berlusconi se prend pour Calimero

Envoyer Imprimer PDF
Trop c’est trop. Silvio Berlusconi en a assez. Le chef du gouvernement italien s’est plaint mercredi 12 novembre d’être régulièrement l’objet de railleries dans les médias italiens, en particulier à la télévision : « Dans le monde entier, mes interlocuteurs me témoignent une grande considération. Et lorsque je rentre en Italie, (…) je vois qu'il n'y a pas une seule émission de la Rai, même de divertissement, qui ne m'épargne ses moqueries ou ses outrages ». Marre également de l’opposition qui diffuserait des fausses informations afin de le faire passer pour un « bandit frauduleux ».

Partager cette page

 

Edito - Novembre 2008

Notre grain de sel

A croire que nous n’avons rien de mieux à faire. A cette heure-ci, un tournant historique se profile aux Etats-Unis. La guerre fait rage en République Démocratique du Congo. Le Parti socialiste se cherche difficilement un leader. Et nous, étudiants en journalisme, ne trouvons à parler que de… journalisme.
C’est que nous avons notre mot à dire sur la question. Pas par plaisir de nous regarder le nombril. Quelques mois avant de devenir journalistes à notre tour, nous nous payons le luxe de prendre de la distance sur notre métier, d’entrer dans les coulisses des médias. De ne pas nous contenter, en somme, de ce que ceux-ci proposent chaque jour : l'information sur un plateau, les pieds sous la table.

Lire la suite...

Réseaux sociaux

FacebookTwitterPinterest