La fabrique de l'info

Bannière
Vous êtes ici : Accueil » Numéro 3 » Sous le capot » Y-a-t-il un journaliste pour sauver la presse en Espagne?

Y-a-t-il un journaliste pour sauver la presse en Espagne?

Envoyer Imprimer PDF

La crise frappe les médias de plein fouet. Mais les journalistes espagnols en font un mal unique en son genre : « Le modèle médiatique espagnol est défini par des valeurs qui ne convergent pas avec celles des pays européens » commente Bernardo Diaz Nosty, professeur à l'université de journalisme de Malaga. Plus qu'économique, le problème de la presse espagnole est éditorial: le mal numéro un, c'est la forte dépendance des médias au pouvoir politique. Il sait de quoi il parle puisqu’il a présenté son ouvrage en septembre dernier avec un titre aux airs de pronostic : « Le livre noir de journalisme en Espagne ». Il y pousse un cri fataliste : « Le malade est dans le coma ».

 

periodismookay

 

 INTOX

 

Lundi 7 novembre 2011. Dans les couloirs de la rédaction de RTVE, la télévision publique espagnole, l'ambiance est électrique. Nous sommes à une heure du direct de « Cara a cara », le grand débat présidentiel, en vue des élections du 20 novembre. Dans sa loge, Mariano Rajoy, le candidat du Parti Populaire (PP), la droite espagnole reçoit un appel. A l'autre bout du fil, Rosario López Miralles. Membre du conseil d'administration de la télévision, elle a été nommée par le PP. Elle lui souffle alors la question libre de dernière minute, lui décrit ce sur quoi on va l'attaquer. Plus qu'un conflit d'intérêt, un acte de connivence politique.

 

Vous y avez cru ? C'était le cauchemar que les journalistes de la RTVE faisaient encore il y a quelques jours. La cause ? Le 22 septembre dernier, le conseil d'administration de la RTVE approuve un projet polémique. Ses membres doivent désormais avoir accès à toutes les informations de la rédaction. Un logiciel iNews, véritable mouchard, livre ces informations en direct à la direction: le sommaire des journaux télévisés, les reportages menés par les journalistes. Bref, tout ce qu’ils font dans leur journée.

 

A deux doigts du scandale, les journalistes ont su se regrouper pour lutter contre la mise sous tutelle de leur métier. Le débat présidentiel aura finalement lieu sur une chaîne privée. « Dans toutes les démocraties, ce type de débat se joue sur une chaîne publique. Nous sommes le seul pays où le face-à-face a lieu sur une chaîne privée, la Cuatro », s'insurge Raul Pina, journaliste de la rubrique Médias de El Mundo. Pour lui, « l’affaire RTVE est une honte ! C'est d'autant plus grave que c'est la première fois que les partis politiques essaient de contrôler les médias, de manière frontale, sans maquillage ». Magis Iglesias, ancienne présidente de la Fédération d’Associations de Journalistes en Espagne (FAPE) dénonce l'absence d'un Conseil de l'Audiovisuel : « C'est le seul pays en Europe sans une loi de transparence de l'information publique. Depuis 2007, une instance qui chapeaute la télé et la radio devrait exister. Mais on l'attend toujours. Et aujourd’hui voilà la dérive ! »

 

 DÉSINTOX

 

Mais l’Espagne n’est pas la seule dans ce cas-là. En France, c’est le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy qui s’est arrogé le droit en 2008 de nommer le président de France Télévisions et de Radio France. Exit le CSA, c’est l’exécutif qui décide de tout. Le Forum des sociétés de journalistes, groupement syndical, a eu beau s'inquiéter d'une « incroyable régression dans la vie démocratique et médiatique », la mesure a bel et bien été adoptée. Ironie de l’histoire, ce sont des intellectuels, des hommes politiques et des artistes qui ont appelé à « libérer l’audiovisuel public ». Josiane Balasko, Lionel Jospin et même François Baroin, pourtant dans la majorité, se sont opposés au projet… mais pas ou peu de journalistes.

 

En plus de devoir régler ces problèmes de pressions politiques, la situation économique de la presse espagnole est très instable. Au-delà de l'audiovisuel, pour Bernardo Diaz Nosty, c'est tout le « modèle médiatique espagnol qui fait naufrage ». Les preuves ne manquent pas. « La diffusion relative de la presse en Espagne est 3 à 4 fois inférieure à celle de nations comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas et 2 fois plus faible qu’en France ». Vu de France, l’Espagne reste pourtant un exemple de productivité. Malgré la crise, le prix du papier, l'un des plus gros coût est mieux géré par la presse espagnole.  D’autant plus que les recettes sont presque similaires entre les 2 pays : autour de 3 milliards d’euros, selon Patrick Eveno dans la Presse quotidienne nationale.

 

Pilar Diezhandino, directrice du département de journalisme de l’université Carlos III de Madrid ne cache pas l’angoisse de la crise de la presse. Pour autant, « les vocations ne faiblissent pas. C’est tout le contraire. Avec ce scandale, la presse espagnole montre qu’elle est bien vivante. Et l’opinion publique aussi ». L’affaire RTVE révèle deux choses. Les journalistes espagnols ne sont pas faciles à faire plier. Mais ils ont peut-être une tendance à dramatiser en pensant qu'ils sont les seuls touchés par la crise.

 

 

La presse espagnole passe en mode «indignado»

 

Le combat des Indignés gagne la presse. Les syndicats de journalistes ont mis au point en mai 2011 leur charte d’écriture : « Manifeste contre les conférences de presse sans questions et toute autre anomalie d’information ». L’enjeu : pas de questions, pas de couverture ! Les journalistes ont pris leur décision : s’ils n’ont pas le droit d'interroger les politiques, ils ne traitent pas l’évènement. Un respect mutuel qui se perd et qui pousse les journalistes en Espagne à « s’indigner »! Elsa Gonzalez, présidente de la FAPE réagit : « Nous sommes indignés face aux tentatives constantes de manipulation d’information et de pression sur le travail professionnel des journalistes ».

 

Une preuve flagrante ? Certains hommes politiques décident de ne plus répondre aux questions. Dernière provocation de Mariano Rajoy, le leader de la droite : « Il y a quelques jours, il a affirmé qu'il ne répondrait à plus aucune question des journalistes jusqu'aux élections du 20 novembre 2011. Difficile dans ses conditions de faire son travail de journalistes. Pas de questions, de faits, de contradictions. Maintenant nous devons réagir ». Voilà une stratégie de communication politique qui remet directement en cause le travail du journaliste.

 

 

Partager cette page

EN BREF

Prev Next

L'AFP se met à l'ourdou

Après le français, l'anglais, l'arabe, l'espagnol, l'allemand et le portugais, l'AFP devrait bientôt parler en ourdou. Langue officielle du Pakistan et de l'Inde (parlée dans le nord du pays), elle est utilisée par 160 millions de personnes dans le monde. Une nouveauté de taille pour l'AFP née de son association avec Online International News Network, la plus grande agence de presse privée pakistanaise. L'accord entre les deux a été signé à Islamabad. L'Inde et Pakistan utilisent très largement les informations de l'AFP; les deux pays représentent donc pour elle un important marché.

News Transparency, un site qui piste les journalistes

En apprendre plus sur ceux qui font l'actualité, c'est ce que propose depuis le 31 octobre le site américain News Transparency. Il met à disposition des internautes des informations sur les journalistes, afin de "les rendre redevables au même titre que les institutions sur lesquels ils enquêtent". Pour chaque journaliste, le site propose d'abord une sorte de CV avec âge, téléphone, e-mail, profil Facebook et Twitter, parcours scolaire et expérience professionnelle, adresse de blog ou de site internet. News Transparency affiche aussi des informations plus poussées sur le réseau professionnel et les "sources fréquentes" du journaliste en question ; et d'autres plus personnelles comme son orientation politique ainsi que ses amis et ses alliés. Construit sur le modèle de Wikipédia, News Transparency est une base de données alimentée par les internautes. Une idée d'Ira Stoll, fondatrice du blog conservateur FutureofCapitalism.com. Elle s'est déjà illustrée dans la critique des médias avec le site SmarterTimes.com, qui s'attaquait régulièrement au New York Times.

Un observatoire des pratiques déontologiques dans les médias

L’association de Préfiguration d’un Conseil de Presse (APCP) va créer un Observatoire des pratiques déontologiques dans les médias. Un observatoire qui servira à répertorier et analyser les cas d’entorse à la déontologie. Il aura aussi une mission de veille. Tous les médias devraient être concernés. Les contours du projet doivent être précisés le 10 novembre 2011 aux Assises du journalisme à Poitiers lors d’un atelier. Il s’agira de définir les statuts, les rôles précis et de recenser les acteurs qui voudront s’impliquer dans le projet. Un répertoire de fiches normalisées sera présenté à cette occasion. Elles répertorient les évènements par items : date, catégorie de manquement à la déontologie, type de production journalistique, média(s) concerné(s), les faits, les explications données, et la sanction éventuelle. Ce répertoire pourrait servir de base de travail au futur observatoire.

Al-Jazeera, un anniversaire sportif

Al Jazeera Sport, qui vient de célébrer ses huit ans, a lancé la chaîne d'information sportive « Al Jazeera Sport News ». La nouvelle chaîne du groupe qatari proposera des bulletins d'information (toutes les heures) ainsi qu'une vingtaine de programmes d'informations sportives. Deux émissions couvriront le sport au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. A sa principale concurrente saoudienne Al-Arabiya, viendront s'ajouter en 2012 Sky News Arabia, qui devra émettre d’Abou Dhabi, et la chaîne Al-Arab du milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal.

The Guardian crée un compte-robot sur Twitter

Le quotidien anglais The Guardian lance une nouvelle expérience sur Twitter. @GuardianTagBot est un compte automatique qui répond aux requêtes des internautes. Ou plutôt, les redirige vers les meilleurs articles du journal sur un sujet donné. Si le twittos tape « News about journalism », le compte-robot devrait par exemple le renvoyer vers des publications traitant de la question. Avec tout de même une marge d'erreur que reconnaît le quotidien. The Guardian affirme même que ce nouveau système « est là pour nous aider à tester si notre système de référencement fonctionne bien ». @GuardianTagBot demande ainsi à être amélioré mais il est déjà censé être plus efficace que le moteur de recherche du site internet. Ce compte-robot pourrait cependant être rapidement victime de son succès : comme tous les comptes du réseau social, il est limité à 300 tweets par jour.

Algérie : El Chourouk est née

Une première chaîne de télévision satellitaire privée a été lancée en Algérie. El Chourouk TV, créée par le quotidien arabophone El Chourouk, généraliste, essentiellement de langue arabe mais avec des programmes en tamazigh (langue berbère) et en français a été lancée le 1er novembre 2011. Cette ouverture correspondait à la date de la commémoration du 57ème anniversaire de la révolution algérienne. Entre ce prélancement et la date du point de départ de la diffusion officielle d'El Chourouk TV le Parlement algérien devrait avoir légiféré sur la « libéralisation » des médias annoncé par le président Bouteflika.