Bannière
Vous êtes ici : Accueil » Sans étiquette » Et si Audrey Pulvar n’avait pas été Française…

Et si Audrey Pulvar n’avait pas été Française…

Envoyer Imprimer PDF

I>Télé a annoncé le 22 novembre, l'arrêt de l'émission politique d'Audrey Pulvar, après l'annonce de la candidature de son compagnon Arnaud Montebourg à la présidentielle 2012. D'autres femmes journalistes avaient connu le même sort avant elle. Comment cela se serait-il passé dans un autre pays européen ?

Lundi 22 novembre, Audrey Pulvar, journaliste sur la chaîne d’information en continu i>Télé depuis la rentrée 2009, apprend la fin de son émission politique "Audrey Pulvar Soir". Au cours du week-end précédant, son compagnon Arnaud Montebourg avait annoncé sa candidature pour les primaires socialistes pour les présidentielles de 2012.

Audrey Pulvar devient donc un nom de plus sur une liste déjà longue de femmes journalistes ayant quitté leur poste de journaliste, face aux appétits de pouvoir de leur compagnon. Anne Sinclair ou Béatrice Schönberg ont renoncé par le passé à leurs temps d’antenne, alors que leurs maris accédaient à des fonctions ministérielles.

La décision d'i>Télé ne prive pas définitivement Audrey Pulvar d'antenne, puisque depuis le 6 décembre, la journaliste retrouve la chaîne pendant dix minutes de 19h40 à 19h50. Elle interviewe du lundi au vendredi, un témoin de l’actualité du jour. Mais pas de politique ! De plus, elle a conservé sa tranche matinale de 6h à 7h sur France Inter, ainsi que son interview à 7h50.

Le retrait de l’émission politique d’Audrey Pulvar sur i>Télé a provoqué de nombreux débats. Le monde politique de gauche, mais également de droite, a pris la défense de la journaliste. Mais si une histoire de ce type était arrivée dans un autre pays européen, quel aurait été le sort d’Audrey Pulvar ?

En Allemagne, on prend ses distances

Ce mélange journalistes/politiques, courant en France, n'est pas un spécialité allemande. Outre-Rhin, il n'existe pas d'école de formation de type Sciences Po, ce qui évite de voir les journalistes sortir des formations identiques à celles des politiques. "Mes amis en Allemagne sont choqués de voir comment ça se passe en France, où les politiques et les journalistes proviennent du même milieu", commente Hélène Kohl, correspondante à Berlin pour Europe1 et d'autres médias, depuis 2002.

Pour Sybille Müller, correspondante à Strasbourg pour la première chaîne de télévision publique allemande ARD, l'effet de concentration à Paris de la sphère politique et de la sphère journalistique n'existe pas en Allemagne. "L'Allemagne est un pays décentralisé. Nous n'avons pas ce cercle fermé qui existe à Paris », avance-t-elle comme explication pour différencier l'Allemagne de la France. "La combinaison journaliste/politique est complètement impensable", constate Kai Littmann, rédacteur en chef sur site en ligne franco-allemand 2-ufer.com. "Ça équivaudrait à la fin de la carrière du journaliste", renchérit Sybille Müller.

 alt

Une exception significative vient toutefois confirmer la règle, le cas de Doris Köpf, devenue Schröder-Köpf en 1997. Journaliste au quotidien Bild Zeitung, puis à l'hebdomadaire Focus, elle épouse en 1997 Gerhard Schröder, alors ministre-président du land de Basse-Saxe, et futur chancelier allemand. Doris Schröder-Köpf cesse alors toute activité de journaliste et s'engage progressivement aux côtés de son mari.

L'Espagne proche du modèle allemand

De l'autre côté des Pyrénées, le mariage le plus connu entre une journaliste et un politique est celui de Letizia Ortiz avec le Prince des Asturies Felipe de Bourbon, dauphin au trône d'Espagne. Le rôle politique joué par le Roi d'Espagne reste toutefois marginal. Pour Javier Alonso, correspondant à Paris de l'agence de presse espagnole EFE, "on ne peut pas considérer le Prince comme un personnage politique majeur".

Luis Miguel Ùbeda, correspondant à Paris pour la radio nationale espagnole RNE, estime que, comme en Allemagne, les journalistes n'appartiennent pas à la même sphère. "Le monde professionnel est très différent en Espagne, par rapport à la France", ce qui explique la quasi inexistence de couple journaliste/politique.

Le mariage en 2009 entre Gloria Lomana, ancienne journaliste de la télévision publique espagnole TVE, et actuellement en poste sur Antena 3, chaîne de télévision privée en Espagne, et l'ancien ministre de la Défense Josep Piqué, est un des seuls cas notables, avec celui de Rodrigo Rato. Ancien dirigeant du Parti populaire, ex ministre des Finances puis de l'Economie entre 1996 et 2004, puis directeur du FMI jusqu'en 2007, Rato s'est marié avec la journaliste économique de la chaîne privée Quatro Alicia Gonzalez. Actuellement, Rodrigo Rato est président de la banque Caja Madrid.

La relation entre Lomana et Pqué était toutefois connue depuis 2008, alors que Piqué n'occupait plus de fonctions ministérielles depuis plus de quatre ans. Seul petit problème, l'ancien ministre est l'actuel PDG de la compagnie aérienne Vueling, dont le principal actionnaire est le groupe Planeta. Hors, Planeta est le principal propriétaire d'Antena 3, où Gloria Lomana est encore journaliste.

Au-delà de la relation intime

Si Audrey Pulvar a perdu son émission politique, c'est qu'il pouvait y avoir un éventuel conflit d'intérêts, les téléspectateurs étant au courant de sa relation avec Arnaud Montebourg. Dans une tribune à l’hebdomadaire Marianne du 4 décembre, Christophe Deloire, directeur du Centre de Formation des Journalistes (CFJ), étend le problème du conflit d’intérêts au-delà des histoires de couples journaliste/politique.

Être encarté à un parti politique serait tout aussi condamnable et pourtant pas condamné. Le spécialiste des médias Jean-Marie Charon, dans un débat sur Public Sénat le 23 novembre, met en avant le "pluralisme interne" en vigueur dans le passé en Allemagne. Le journaliste allemand Kai Littmann confirme cette idée. Pour Sybille Müller, ce pluralisme interne est valable pour les postes à responsabilité, et essentiellement dans le secteur public.

"Si un rédacteur en chef est plutôt d’une tendance sociale-démocrate, on essaie de contrebalancer avec une personne plutôt conservatrice à un poste d’égale valeur", explique-t-elle. "Les chaînes privées ne font presque pas de politique, du coup la question ne se pose presque pas", conclut-elle.

France, Espagne ou Allemagne, un seul point reste commun aux différents cas: la relation concernait une journaliste et un homme politique. A croire que les hommes journalistes n'attirent pas les femmes politiques.

Partager cette page

EN BREF

Prev Next

La fin du règne de Larry King

 Le roi du talk-show made in USA fera sa dernière émission vendredi 17 décembre sur CNN. Après 25 ans de carrière et plus de 50 000 interviews, Larry King et ses célèbres bretelles prennent leurs retraites. King est une véritable icône aux Etats-Unis. De Nixon à Obama, tous les présidents américains se sont succédés sur le fauteuil mythique du show de Larry King, avec des audiences pouvant aller jusqu'à 20 millions de téléspectateurs. La chaîne a réservé à son vétéran un final digne du King Larry.

EcuRed : le monde selon Castro

Elle a près de 20000 articles, elle est élogieuse quand elle parle des dirigeants cubains et très critique quand elle parle des États-Unis, c'est, c'est , c'est... une nouvelle encyclopédie en ligne. Inaugurée très officiellement par le gouvernement cubain mardi 14 décembre, elle a l'ambition de concurrencer Wikipédia pour apporter un regard "décolonisateur" sur le monde et l'histoire. EcuRed, c'est son nom, reprend dans les grandes lignes le design de l'encyclopédie participative pour "créer et diffuser le savoir de tous et pour tous, depuis Cuba et avec le monde". Comme Wikipédia, tout le monde peut contribuer à cette somme de connaissances, mais c'est à la condition de s'être enregistré et pour cela, il faut avoir une adresse mail cubaine... L'étape suivante reste bien sûr que la contribution soit acceptée par un modérateur. Alors que les États-Unis y sont dépeints comme un "empire contemporain" qui a historiquement pris "par la force des territoires et des ressources naturelles d'autres nations", Fidel Castro y est dépeint comme un phare spirituel pour le monde entier : "Il participe désormais au débat d'idée à l'échelle mondiale. Avec son autorité morale, il influence des décisions importantes et stratégiques sur la révolution." Tous ces "articles objectifs" convaincront-ils les internautes ?

Qui sont les "sans-télés" ?

Dans son dernier livre Pas très cathodique. Enquête au pays des "sans-télé" (Éditions Erès, Sociologie clinique), le sociologue Bertrand Bergier s'est intéressé aux 2% de Français réfractaires au petit écran. De 2006 à 2009, il est parti à la rencontre de 566 de ces familles pas très cathodiques. Etudiants, sexagénaires retraités, ouvriers ou employés, ils ont tous abandonné le téléviseur " par choix " et non par économie. Ils ne sont pas coupés du monde non plus puisqu'ils " investissent beaucoup dans Internet et la presse ", dixit l'auteur.

Le couperet tombe pour Charlie Hebdo

La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour licenciement abusivement envers le caricaturiste Siné. Maurice Sinet  avait été remercié après la publication d'une chronique le 2 juillet 2008 ironisant sur une possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme. Selon Philippe Val, directeur de publication de l'époque, ces propos pouvaient être perçus comme antisémites. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à l'intéressé pour préjudices économique et moral, et publier leur condamnation dans l'hebdomadaire.

Le "Gotha noir"

A la manière du Who's Who, la bible du contact professionnel listant chaque année les 22 000 personnes contribuant au rayonnement de la France, la communauté noire a lancé son propre catalogue : le "Gotha noir". Il recense 200 femmes et hommes " au parcours exemplaire " et ayant "au moins un parent noir". Ce livre est édité par Club Efficience, un cercle de réflexion oeuvrant pour une meilleure visibilité des Noirs dans la société française.

En Hongrie, un projet de loi menace les journalistes et leurs sources

Il n’y a pas que les journalistes français qui rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de protéger leurs sources. L’ENPA (European Newspaper Publishers Association) a exprimé des craintes, lundi 13 décembre 2010, sur un tout nouveau projet de loi du gouvernement hongrois. Si la loi venait à être votée, la liberté de la presse dans le pays serait grandement limitée puisqu’il deviendrait possible de condamner à de lourdes sanctions les journalistes et les entreprises de presse qui refuseraient de partager l’identité de leurs sources ou qui délivreraient des informations que le gouvernement considèrerait comme peu convenables.

Un caricaturiste traîné en justice par le président sud-africain

Le président sud-africain, Jacob Zuma, réclame 4 millions de rands (soit près de 450 000 euros) de dommages et intérêts au South Africa’s Sunday Times et un million de rands au dessinateur Jonathan Shapiro. En cause : une caricature publiée dans le journal en septembre 2008. Sur ce dessin, le président est représenté le pantalon au niveau des chevilles et s’apprête à violer une femme symbolisant la justice. Une caricature qui aurait, selon lui, endommagé sa réputation, alors qu’il s’apprêtait à entrer en campagne pour devenir président.

L'actu médias en quelques clics

Les sources d'information médias sont multiples et nombreuses. Suivre l'évolution de ce petit monde en mutation peut être difficile tant il faut avoir l'oeil partout. Voilà pourquoi La Fabrique a décidé de rassembler en une seule page plus de 50 des principaux sites et blogs d'information traitant de l'actualité des médias et de réflexion sur son avenir. Ce rassemblement est évolutif, la rédaction est à l'écoute de suggestions pour améliorer ce concentré d'informations.

RSF récompense le journalisme indépendant

Le prix de la liberté de la presse 2010  a été décerné par Reporters sans Frontières et la Fnac au journaliste iranien Abdolreza Tajik, ainsi qu'à la station de radio somalienne Radio Shabelle. Abdolreza Tajik, membre du Cercle des défenseurs des droits de l’homme, a été responsable des pages politiques dans de nombreux journaux interdits par les autorités iraniennes. Il est aujourd'hui consacré pour la qualité de son travail et son engagement pour la défense de la liberté de la presse en Iran.  Incarcéré pour la troisième fois en juin 2010, il est toujours en prison. Radio Shabelle est la station  privée la plus réputée de Somalie pour son indépendance. Quatre de ses journalistes ont été assassinés en 3 ans, dont son fondateur Mokhtar Mohamed Hirabe.